Rechercher
  • magvhp

RENCONTRE AVEC : Graphopédagogie

Ghislaine Garnier ou comment réapprendre à écrire grâce à la graphopédagogie


C’est un métier encore un peu méconnu en France. Pourtant, il existe bel et bien. Ce métier, il s’agit de celui de graphopédagogue. Une profession exercée dans le Perche et plus précisément dans le secteur de La Ferté-Bernard par Ghislaine Garnier.


Cette dernière, en parallèle de son activité de professeur de Français au lycée du Tertre-Notre-Dame à La Ferté-Bernard, a suivi une formation spécifique qu’elle a terminé en juillet dernier à Orsay. Une formation nationale qui ne forme qu’une douzaine de personnes par an et que la Fertoise n’a pas décidé de suivre par hasard. « En tant qu’enseignante, je me suis aperçue que bon nombre de mes élèves éprouvaient des difficultés à écrire, à tenir correctement leurs crayons et ressentaient des douleurs dans la main et le poignent. Je me suis donc intéressée à la graphopédagogie et j’ai décidé d’en faire mon autre activité », explique Ghislaine Garnier.


Des séances pour tous


Cette dernière précise le but de ce métier : « un graphopédagogue rééduque et réapprend aux gens à réécrire. Les séances s’adressent aux enfants, aux adolescents , aux étudiants et aux adultes. Pour les adultes, cela peut être utile après un accident par exemple. Pour les étudiants cela peut également être un plus pour prendre des notes rapidement ».


Ghislaine Garnier dispose pour le moment d’un bureau au lycée dans lequel elle travaille. « Les séances que je propose aux lycéens s’intègrent dans le programme du parcours pour la réussite scolaire ». Mais la graphopédagogue a également un cabinet à l’étage de la mairie de Saint-Aubin-des-Coudrais. J’y donne des cours particuliers sur rendez-vous le lundi après-midi et le mercredi matin. Lors de ces séances, on travaille sur la posture, sur la position de la feuille. On fait en réalité de la motricité fine pour bien tenir son crayon ».



Un bilan et des applications

Avant le début de la rééducation, la professionnelle propose à ses clients un bilan afin de cerner les problèmes. « Ensuite, il faut compter entre 4 et 8 séances pour régler tout cela et pouvoir réécrire sans souffrance et sans problème. Ce sont des applications simples pour remédier aux difficultés d’écriture. Pour une séance, il faut compter un montant de 50 € », conclut Ghislaine Garnier.


Renseignements et rendez-vous au 06.78.85.55.69 ou au 02.43.93.41.13.




0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout