Rechercher
  • magvhp

RENCONTRE AVEC : Misca

Dernière mise à jour : 25 mai


Verrières, Guillaume Boulay cultive du Miscanthus


Guillaume Boulay est agriculteur céréalier. Aujourd’hui âgé de 39 ans, il est installé depuis plusieurs années à Verrières dans le département de l’Orne. Il cultive donc des céréales. Dont une un peu méconnue du grand public. « En 2018, j’ai en effet décidé de me lancer dans la culture du Miscanthus. J’en ai planté sur 6 hectares. Aujourd’hui, j’en suis à 90 hectares et mon souhait est de basculer toute mon exploitation en Miscanthus à l’horizon 2024. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai monté la société Misca », explique Guillaume Boulay.


L’agriculteur ne s’est pas tourné vers le Miscanthus par hasard. Il explique son choix : « Ma démarche est écologique. Car une fois plantée, c’est une plante qui se suffit à elle-même. C’est-à-dire qu’il n’y a pas besoin d’intervention chimique pour qu’elle se développe correctement ».


A quoi sert exactement le miscanthus ?


C’est une plante utilisable sous différentes formes, pour du paillage horticole, mais pas seulement.

En effet, les particuliers vont pouvoir l’utiliser dans leur jardin, mais là où elle est également intéressante, c’est sur son utilisation en tant que litière.


Une litière écologique pour les chevaux et pour le monde avicole.


De par son fort pouvoir absorbant, le miscanthus agît comme une éponge, la litière ne chauffe pas et empêche la formation d'ammoniaque. Elle assure aux chevaux une surface sèche. Sa non appétence permet un contrôle aisé de l'alimentation. Dépoussiérée, elle évite les problèmes respiratoires. Il ne crée pas de bouchons intestinaux, ce qui n’est pas négligeable non plus, à l’inverse de la paille.

Également, le miscanthus est apprécié par les exploitations avicoles.







32 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout